ADVENTICES À MAÎTRISER À L’IMPLANTATION

Vous êtes ici : Accueil / ADVENTICES À MAÎTRISER À L’IMPLANTATION

La lutte contre les graminées s’avère primordiale. Plusieurs spécialités foliaires systémiques sont disponibles. Elles sont très sélectives de la luzerne et s’appliquent quel que soit le stade de développement de cette dernière. Le traitement est à réaliser à partir du stade trois feuilles de la graminée. Une lutte tardive nécessite une majoration de la dose de produit alors que les plantules de luzerne sont déjà affaiblies sous le volume des repousses des graminées. Un suivi régulier de la parcelle est nécessaire. La lutte contre les dicotylédones exige de cibler l’adventice la plus concurrentielle pour la luzerne et donc une bonne connaissance de sa parcelle.

Les conditions d’application sont essentielles pour obtenir l’efficacité voulue et préserver la sélectivité envers la luzerne.

L’intervention doit se réaliser en fonction :

  • du niveau d’infestation,
  • du type d’adventices,
  • du stade de la luzerne, stade feuille cotylédonaire en dose réduite, stade une feuille trifoliée en dose normale,
  • du stade des mauvaises herbes, stade 4 feuilles vraies maximum en dose réduite, adventices jeunes en dose normale,
  • des conditions favorables, hygrométrie importante, température 15 à 25° C maximum, volume d’eau 150 l/ha à majorer si nécessaire suivant les conditions d’application absence de pluie dans les 4 heures suivant le traitement.

Attention, il est impératif de consulter l’étiquette du bidon pour vérifier l’homologation et les conditions d’utilisation des produits au jour de l’utilisation.

Remarques tableau 1. Il est possible de substituer certains produits commerciaux par d’autres contenant la même matière active (exemple du Basagran SG avec l’Adagio SG). Attention à bien respecter l’équivalence en dose de matière active quand les concentrations sont différentes. Les efficacités sont principalement issues des documents fournis par les firmes phytosanitaires ; celles-ci dépendent énormément des conditions d’application du produit, du stade de l’adventice et de la dose de matière active utilisée à l’hectare.

En automne, obtenir une parcelle propre

A l’automne, le désherbage chimique est possible en graminées et en dicotylédones.

LE DÉSHERBAGE MÉCANIQUE
EN PRODUCTION BIOLOGIQUE
OU COMME MÉTHODE ALTERNATIVE.

Les principaux outils de désherbage mécanique sont le vibroculteur et la herse étrille. La herse rotative est parfois utilisée, l’écimeuse constituant un outil de dernier recours. Le binage reste une pratique très confidentielle sur luzerne mais l’arrivée sur le marché de matériel à guidage optique laisse entrevoir de nouvelles solutions d’avenir pour l’ensemble de l’exploitation .

En Champagne Ardenne, l’étude faite par Arvalis sur les jours disponibles à partir des données météorologiques pour faire un désherbage mécanique indique une moyenne de 6.5 jours du 15 octobre au 31 décembre pour seulement 1 journée du 1er janvier au 15 mars.

Seule la bineuse et éventuellement l’écimeuse peuvent intervenir pour le désherbage mécanique sur la phase d’implantation de la luzerne.

Pour des luzernes déjà exploitées ou très bien implantées, le désherbage mécanique se fait sur un sol ressuyé du 15 octobre au 1er mars avec un vibroculteur et /ou une herse étrille ou bien une bineuse.

Le vibroculteur travaille sur 4 à 6 cm de profondeur. Ce travail peut être complété par un passage de herse étrille en sortie d’hiver. Attention, pour limiter le phénomène de remontée des pierres, il est possible d’associer un rouleau cage au vibroculteur.

Notons que le travail du sol peut faciliter son réchauffement et son aération, éléments favorables au développement de la plante.

Contre des repousses de colzas, le broyeur est passé sur sol gelé. Le pied de colza blessé sur une période de gel intense disparaîtra.